mercredi 18 septembre 2019

Roman 68 Premières Fois - "Une fille sans histoire"


Titre : Une fille sans histoire


Auteure : Constance Rivière
   Premier roman

Editions : Stock. Août 2019. 182 pages.

Date de lecture : Septembre 2019.

Quatrième de couverture
   13 novembre 2015. Comme tous les soirs, Adèle est assise seule chez elle, inventant les vies qui se déroulent derrière les fenêtres fermées, de l'autre côté de la cour. Quand soudain, en cette nuit de presqu'hiver, elle entend des cris et des sirènes qui montent de la rue, envahissant son salon, cognant contre les murs. La peur la saisit, elle ne sait plus où elle est, peu à peu elle dérive. Au petit matin apparaît à la télévision l'image de Matteo, un étudiant porté disparu, un visage qu'elle aimait observer dans le bar où elle travaillait. Sans y avoir réfléchi, elle décide de partir à sa recherche, elle devient sa petite amie. Dans le chaos des survivants, Adèle invente une histoire qu'elle enrichira au fil des jours, jouant le personnage qu'on attend d'elle. Les autres la regardent, frappés par son étrangeté, mais ils ne peuvent pas imaginer qu'on veuille usurper la pire des douleurs.
   Une histoire contemporaine où l'on est happés par l'émotion et le trouble. Un roman nécessaire.

Personnages : Adèle, Matteo, Saïd, Francesca, Thomas, Jacques, Sylvie.

Lieu où se déroule le récit : Paris

Mon avis
   Un roman bien écrit mais qui me trouble. Comment oser "prendre" le deuil de nombreuses personnes qui ont perdu leurs proches dans ce tragique évènement de 2015.
   Mentir, inventer, enrober pour être comme ceux de la catastrophe !!! Cette fille est folle, non? Certes, elle n'a pas eu une vie facile et grâce à cet évènement, elle se trouve sur le devant de la scène.
   Faire la victime, aider les victimes, un drôle de mélange dans ce roman.
   Un bon roman contemporain mais sans réelle accroche pour moi.
   Une pensée à vous, disparus et proches...

Note : 🌟🌟

Mots-clés : Attentat / Mythomanie / Victime / Usurpation

Citations

  • "Ensuite, j'ai suivi une formation, pour maîtriser les gestes et les mots, savoir ne pas contraindre la parole mais lui faire une place, s'ajuster, être attentif sans être touché."
  • "A la mort de son père, alors qu'elle entrait avec peine dans la vie d'adulte, elle eut beaucoup de mal à trouver un équilibre nouveau."
  • "Comment faire entendre à l'homme qu'il ne peut pas être le centre de tout, qu'il ne l'est pas, que s'il continue à le croire, il détruira tout, et lui aussi ?"

dimanche 15 septembre 2019

Roman - "Ma dévotion"


Titre : Ma dévotion


Auteure : Julia Kerninon

Editions : Editions du Rouergue. Août 2018. 299 pages.

Date de lecture : Septembre 2019.

Quatrième de couverture
   "Lorsque quelqu'un est aussi discret que moi, personne n'imagine qu'il puisse avoir un tempérament passionné. Mais - je le sais mieux que personne - il ne faut pas juger un livre à sa couverture."
   Après vingt-trois ans de silence, Helen et Frank se croisent par hasard sur un trottoir de Londres. Dans le choc des retrouvailles, la voix d'Helen s'élève pour livrer à Frank sa version de leur vie ensemble, depuis leur rencontre en 1950, à Rome, alors qu'ils étaient encore adolescents, jusqu'à ce jour terrible de janvier 1995, qui signa leur rupture définitive. Elle retrace l'éblouissante carrière de peintre de Frank, et tout ce qu'il lui doit, à elle, sa meilleure amie.
   Leurs deux destins exceptionnels, la force implacable qui les lia et les déchira, Julia Kerminon les peint avec subtilité, dévoilant en profondeur la complexité des sentiments - cette dévotion d'une femme à l'égard d'un homme, si puissante et parfois dangereuse.

Personnages : Frank, Helen, Freja, Ludwig, Günther, Anna, Elsa, Erik, Charlie.

Lieux où se déroulent le récit : Londres, Rome, Amsterdam, Boston, Normandie.

Mon avis
   Un roman éblouissant. Ce livre est le premier que je lis de Julia Kerninon et cela est un beau chef d'oeuvre. J'ai pu la rencontrer lors d'une rencontre auteur/lecteur et il s'agit vraiment d'une femme simple, sans chichis, avec elle aussi ses problèmes de femme.
   Le livre se compose essentiellement d'un style narratif avec peu de forme de dialogue mais cela n'empêche en aucun cas de comprendre l'histoire. La plume est riche, on sent une vraie qualité de travail d'écriture derrière ce livre. Remarquable. 
   Il a reçu le Prix Culture et Bibliothèque Pour Tous 2019 et cela est mérité.
   Cela concerne la vie et ses aléas de deux personnes : un homme et une femme, parfois amis, parfois amants, parfois se haïssant, parfois se perdant de vue. De l'adolescence à l'âge du sénior âgé :-)
   La vie n'est pas jamais calme pour qui que ce soit... Même avec une personne que l'on connait parfaitement...

Note : 🌟🌟🌟🌟

Mots-clés : Arts / Amour / Amitié / Mensonge / Vie

Citations

  • "mon hypersensibilité me rendant à la fois très emphatique et parfaitement tyrannique - sachant tout, je voulais tout diriger."
  • "Quitter ma maison. Lire des livres. Lire des livres en paix. Ne plus jamais revenir. C'était comme si j'entendais ces mots battre à mes tempes."
  • "Lorsque l'on navigue à bord d'un bateau, m'a-t-on un jour appris, se tromper d'un degré signifie partir en diagonale dans la mauvaise direction, et se perdre à jamais.
  • "Lorsque quelqu'un est aussi discret que moi, personne n'imagine qu'il puisse avoir un tempérament passionné. Les gens pensent que ma personnalité est un genre de bruit blanc, que le silence que je fais en société est l'écho de celui qui résonne, depuis toujours, dans l'espace clos de ma tête, sous les cheveux coiffés. Mais - je le sais mieux que personne - il ne faut pas juger un livre à sa couverture."

samedi 14 septembre 2019

Roman 68 Premières Fois - "Après la fête"


Titre : Après la fête


Auteure : Lola Nicolle
   Premier Roman

Editions : Les Escales. Août 2019. 154 pages.

Date de lecture : Septembre 2019.

Quatrième de lecture
   Ils se sont connus à l'université et aiment se retrouver. Le temps est aux discussions intenses et à la fête. Jusqu'au jour où, insidieusement, ils arrivent à ce moment de transition, de bascule entre les études et le monde du travail. De rupture aussi. 
   Après le fête saisit cet instant, celui de la fin de l'insouciance, quand les amis s'éloignent et que les premières amours se tarissent. Même celles de Raphaëlle et Antoine.
   Tous deux habitent le quartier de Château-Rouge, à Paris. Elle est issue de la petite bourgeoisie, lui vient de la cité. Elle trouve rapidement du travail quand le chemin se fait pour lui plus épineux... Et la réalité se rappelle soudain à eux.
   Comment faire alors pour que la vie, toujours, reste une fête?

   D'une écriture poétique, Lola Nicolle prend le pouls d'une époque, d'un âge aussi et livre un texte fort, générationnel. La grâce de l'amitié n'est jamais loin, celles des livres non plus.

Personnages : Raphaëlle, Antoine, Jeanne, Mona, Axelle, Esther, Hannah, Benjamin, Marianne, Jean.

Lieux où se déroulent le récit : Paris. Banlieue parisienne. Marseille. Artannes. New-York.

Mon avis
   L'auteure a choisi de cibler son roman sur une partie de la vie assez complexe : le passage de l'étudiant vers le monde du travail avec ce qui en découle et notamment sur un couple. 
   On s'aperçoit que là aussi des changements s'opèrent. Les relations et les priorités changent. On murit. 
   On finalise ses études, on se cherche au niveau de l'emploi, du couple, des amis. Chacun se crée son univers avec ou sans ceux qui étaient là auparavant pendant les études. Tous devient presque plus strict.
   Un bon roman tout simplement bien écrit...

Note : 🌟🌟

Mots-clés : Transition / Questionnement / Amitié / Couple

Citations

  • "C'est lorsque les projets n'ont de sens que pour ceux qui les conçoivent qu'on peut voir une complicité se nouer, un monde intime s'ériger."
  • "Parfois, le bonheur revient à ça : n'être plus tout à fait soi."
  • "Disait qu'il fallait commencer par se respecter si l'on voulait être heureux. Et que le début du respect se trouvait dans une assiette."
  • "La vie ressemble à une feuille de papier. Parfois, pour avoir moins mal, on voudrait en effacer les plis. Les souvenirs comme des origamis. Puis, on voudrait retrouver une surface vierge, prête à prendre une nouvelle forme. On a beau tenter de l'aplanir, il reste toujours les marques des pliures anciennes."

jeudi 12 septembre 2019

Roman 68 Premières Fois - "Baïkonour"


Titre : Baïkonour


Auteure : Odile d'Oultremont
   Second roman

Editions : Les éditions de l'Observatoire. Août 2019. 218 pages.

Date de lecture : Septembre 2019.

Quatrième de couverture
   Anka vit au bord du golf de Gascogne, dans une petite ville de Bretagne offerte à la houle et aux rafales. Fascinée par l'océan, la jeune femme rêve depuis toujours de prendre le large. Jusqu'au jour où la mer lui ravit ce père qu'elle aimait tant : Vladimir, pêcheur aguerri et capitaine du Baïkonour.
   Sur le chantier déployé un peu plus loin, Marcus est grutier. Depuis les hauteurs de sa cabine, à cinquante mètres du sol, il orchestre les travaux et observe, passionné, la vie qui se meut en contrebas. Chaque jour, il attend le passage d'une inconnue. Un matin, distrait par la contemplation de cette jeune femme, il chute depuis la flèche de sa grue et bascule dans le coma.
   Quelque part entre ciel et mer, les destins de ces deux êtres que tout oppose se croiseront-ils enfin ?

Personnages : Vladimir, Edith, Anka, Line, Flan, Marcus, Yann, Bernard

Lieu où se déroule le récit : Kerlé, Morbihan.

Mon avis
   Ce roman est une perle d'écriture, presque poétique. Les mots sont choisis avec soins et c'est beau.
   Les personnages sont bien dessinés, décrits. L'histoire est peut-être un brin imaginaire mais c'est ce qui en fait tout son charme.
   L'histoire est touchante, émouvante, et pose question. 
   L'auteure relie deux éléments de la Terre, qui vont finir par se rencontrer d'une manière inattendue, par le biais des deux personnages principaux.
   Que d'émotions dans ce beau livre par son écriture et sa couverture...

Note :🌟🌟🌟

Mots-clés : Mer / Accident / Deuil / Espoir / Relation parent-enfant

Citations

  • "le mieux pour s'adresser à l'océan est de se taire. De retenir les mots, de les maintenir bien en silence et de ne parler qu'avec les yeux."
  • "A chaque manoeuvre entreprise avec succès, elle a l'impression qu'on lui injecte de la joie. Il s'agit d'une puissance intérieure qui prend racine puis pousse d'un coup, elle se sent alors envahie par la chaleur de son propre corps, elle ignorait qu'une telle sensation puisse exister."
  • "Au fond, que l'on soit dans les airs ou sous la mer, l'arrangement d'un corps en perdition est le même, le tronc déployé, les bras répandus de part et d'autre, la tête renversée."

dimanche 8 septembre 2019

Roman des 68 Premières Fois - "La Chaleur"


Titre : La chaleur


Auteur : Victor Jestin
   Premier roman

Editions : Flammarion. Août 2019. 138 pages.

Date de lecture : Septembre 2019

Quatrième de couverture
   "Oscar est mort parce que je l'ai regardé mourir, sans bouger. Il est mort étranglé par les cordes d'une balançoire." Ainsi commence ce court et intense roman qui nous raconte la dernière journée que passe Léonard, 17 ans, dans un camping des Landes écrasé de soleil. Cet acte irréparable, il ne se l'explique pas lui-même. Rester immobile, est ce pareil que tuer ? Dans la panique, il enterre le corps sur la plage. Et c'est le lendemain, alors qu'il s'attend chaque instant à être découvert, qu'il rencontre une fille.
   Ce roman est l'histoire d'un adolescent étranger au monde qui l'entoure, un adolescent qui ne sait pas jouer le jeu, celui de la séduction, de la fête, des vacances, et qui s'oppose, passivement mais de toutes ses forces, à cette injonction au bonheur que déversent les haut-parleurs du camping.

Personnages : Oscar, Léonard, Luce, Louis, Zoé, Yann, Adrien, Alma.

Lieu où se déroule le récit : Landes

Mon avis
   Un premier roman sur l'adolescence et de toutes ces découvertes pendant cette période parfois rude. Surtout quand un ado s'expose à de lourdes conséquences face aux gestes qu'il a lors du suicide d'un autre garçon. 
   Un roman court, facile à lire, qui s'étire sur les dernières 24 heures du personnage principal en vacances. 
   L'auteur nous transmet à travers ces mots une partie des difficultés que peut rencontrer un adolescent, notamment concernant l'amitié, l'amour, la sexualité, les parents, les confrontations entre jeunes.
   Petit bémol pour ma part concernant la fin, que je ne vais pas divulguer bien sûr, mais j'aurai apprécié en savoir plus.
   Le sable, un château de sable, un trou...

Note : 🌟🌟

Mots-clés : Adolescence / Peur / Vacances / Camping / Sexualité

Citations

  • "Quand tu parles de musique, tes yeux changent, on a l'impression que tout va mieux."
  • "Les yeux fermés, je ne sentais plus la lumière, je pouvais penser qu'il était une autre heure, que nous étions ailleurs et que rien n'était mort."

samedi 7 septembre 2019

Roman - "Ghost in Love"


Titre : Ghost in Love


Auteur : Marc Levy

Editions : Robert Laffont. Mai 2019. 333 pages.

Date de lecture : Septembre 2019.

Quatrième de couverture
   Ils ont trois jours à San Francisco. Trois jours pour écrire leur histoire.
   Que feriez-vous si un fantôme débarquait dans votre vie et vous demandait de l'aider à réaliser son voeu le plus cher ?
   Seriez-vous prêt à partir avec lui en avion à l'autre bout du monde ? Au risque de passer pour un fou ?
   Et si ce fantôme était celui de votre père ? 
   Thomas, pianiste virtuose, est entrainé dans une aventure fabuleuse : une promesse, un voyage pour rattraper le temps perdu, et une rencontre inattendue...
   Digne des plus belles histoires de Capra et de Billy Wilder, Ghost in Love donne envie de croire au merveilleux.

Personnages : Thomas, Raymond, Jeanne, Colette, Marcel, Sophie, Camille, Manon...

Lieux où se déroulent le récit : Paris. San Francisco.

Mon avis :
   Un roman d'été, sans prise de tête, simple.
Marc Levy revient à ses premiers amours de fantômes, comme dans Et si c'était vrai, son tout premier roman. C'est léger, sans doute un peu trop long à mon goût pour en arriver à cette jolie histoire. Le style est fluide.
   Marc Levy a déjà écrit 19 romans tout de même!!
Le thème de la mort, du fantôme d'un proche et de cet amour inconditionnel qu'il y a entre eux est très bien décrite. 
   Peut-on se ré-unir après la mort... ? 

Note : 🌟🌟

Mots-clés : Fantôme / Enterrement / Amour / Relation parent-enfant / Piano

Citations

  • "Tu sais ce qu'on dit, un adulte, c'est un enfant qui a des dettes."
  • "Personne n'est fou, chacun possède sa propre perception de la réalité et comme tu le sais, ou pas, d'ailleurs, la réalité est subjective.
  • "La vérité c'est qu'on ne meurt qu'une fois, en revanche, on vit tous les jours."
  • "Je ne t'ai pas assez dit comme j'étais fier de toi. Pas seulement de l'homme que tu es devenu, mais déjà quand tu étais enfant." 

mardi 3 septembre 2019

Roman - "Les victorieuses"


Titre : Les victorieuses


Auteure : Laetitia Colombani
   Second roman.

Editions : Grasset. Mai 2019. 221 pages.

Date de lecture : Septembre 2019

Quatrième de couverture
   Brillante avocate, Solène tente de se reconstruire après un burn out. Acceptant une mission bénévole d'écrivain public, elle est envoyée au Palais de la Femme, vaste foyer au coeur de Paris. Les résidentes s'appellent Binta, Sumeya, Cvetana, Salma ou la Renée et viennent du monde entier. Lorsqu'elles voient arriver Solène, elles se montrent méfiantes. Solène vacille mais s'acharne, bien décidée à trouver sa place auprès de ces femmes aux destins tourmentés...
   Un siècle plus tôt, Blanche Peyron oeuvre en faveur des démunis. Elle a voué sa vie à l'Armée du Salut et rêve d'offrir un refuge à toutes les exclues de la société. Le chemin est ardu, mais Blanche ne renonce jamais.
   Laetitia Colombani donne vie à ces Victorieuses anonymes, à Blanche l'oubliée, à toutes celles qui refusent de se résigner. Un hymne à la solidarité prodigieusement romanesque.

Personnages : Solène, Jérémy, les personnes du Palais, Blanche, Albin.

Lieu où se déroule le récit : Paris

Mon avis
   Un roman d'une beauté incroyable. 
   J'ai été happé par la morale de l'histoire, par les personnages. 
   Mettre en avant la femme et tout ce qu'elle peut réaliser avec sa force de conviction pour sauver d'autres femmes dans la misère est, grâce à l'auteure, très bien raconter. J'ai envie de rencontrer ces femmes fortes de leur faiblesse, de leur qualité, de leur puissance. Elles en imposent dans un monde où la misère et la violence sont omniprésentes.
   Même si la vie lance parfois des cailloux sur notre chemin, il ne faut pas hésiter à essayer de se laisser inviter par une activité que l'on a jamais pratiqué, notamment par le biais du bénévolat. Cela peut révéler une part de nous inconnu et qui au final nous fascine.
   Ce livre est court, très facile à lire, les chapitres sont harmonieux et la plume glisse lentement sur la page. 
   Le changement d'époque se fait sans difficulté, je m'y suis parfaitement retrouver.
   Une histoire de femmes, "qui ne se crêpent pas le chignon"...

Note : 🌟🌟🌟🌟

Mots-clés : Portraits de femmes / Précarité / Bénévolat / Investissement personnel

Citations

  • "Il faut sortir de soi, se tourner vers les autres, retrouver une raison de se lever le matin. Se sentir utile à quelque chose ou à quelqu'un."
  • "Alors non, vraiment, il faut arrêter de dire que tout va bien. Le monde est pourri, voilà la vérité."
  • "Il est des lettres qu'on écrit à la main. Et qu'on dicte avec le coeur."
  • "Parce que l'histoire se répète, impitoyablement, et qu'elle est impuissante à en changer le cours. Elle est en colère parce que l'amour ne suffit pas toujours."
  • "Il ne faut pas sous-estimer les petits gestes et les sourires, ils sont puissants. Ils sont autant de remparts contre la solitude et l'abattement."
  • "Les obstacles ne sont que des cailloux sur la route, lui dit-il. Le doute fait partie du chemin. Le sentier n'est pas pas uniforme, il y a des passages agréables, des tournants raboteux et pleins d'épines, du sable, des rochers, avant les prairies couvertes de fleurs...Il faut continuer d'avancer, quoi qu'il en coûte."